mercredi 6 mars 2013

Notre Père 6 : Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour



J+M Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour





Il y a dans cette demande quelque chose de frappant de justesse, un je ne sais-quoi d’abandonné, de confiant, de pauvre qui est le fait d’une vraie noblesse. En effet par cette prière humble, aux antipodes des messages que le monde martèle avec fureur on demande du pain, le pain d’aujourd’hui et rien d’autre.

Ni richesses

Ni honneur

Ni prestiges

Pas même le pain de demain dont on pourrait s’enrichir.

On est comme les Hébreux suivant la Nuée habitée par la Présence de Dieu qui recueillent de la bonté de Dieu la manne du jour et n’en font point provision.

Avec un certain abandon et une confiance décidée on va à l’essentiel, sûr d’être entendu.

Or ce pain est l’essentiel.

A plusieurs titres.

D’abord parce qu’il nourrit le corps. Humblement, totalement, complètement. On dit qu’il y a tout ce qu’il faut pour la vie dans le pain tout ce qui est nécessaire à la santé.

Humble, efficace, souverain, l’aliment par excellence, le pain est aussi remède. Particulièrement contre les désordres de la volonté, les appétits désordonnés de richesse, les excès si prompts à éclore et si longs à guérir. Or demander le pain seul n’est-ce pas demander à Dieu d’être protégé de l’intempérance ?

Et bien sûr il y a plus. Infiniment plus.

Comme toujours quand il s’agit de recevoir de Dieu, inépuisable en générosité.

Voilà le pain Eucharistique, le pain du Ciel, celui que donne Dieu et qui est Dieu Lui-même. Pain supplié, demandé, pain qu’il faut prendre chaque jour pour avancer. Comment ferait-on autrement ? Nous le savons et il est doux de s’en souvenir : celui qui mange ce pain aura la vie éternelle.


Ce pain qui nourrit en nous la communion avec Dieu nous fait avancer chaque jour plus avant sur les routes de l’éternité.


***

Les armes du combat

Si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c'est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. Jean 6:51

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire