mardi 12 mars 2013

Notre Père 7 : Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont ofensés


Eglise Saint-Nicolas de Rilly-la-Montagne ( Marne)
 Le Pardon du Père à son Fils Prodigue.Vitrail  par René Champs.



J+M 
Magnifique demande, qui nous renvoie à l’essentiel, à la Genèse, premier livre de la Bible, qui la contient entièrement. On y lit que dans le plan de Dieu,  l’homme devait être divinisé. Ainsi, le serpent  qui a, pour ainsi dire, piraté ce projet ne mentait pas lorsqu’il affirmait: Vous serez comme des dieux.

Puis vint la faute. Dans le cœur des hommes alors privés de la lumière, la violence et l’agressivité  se sont creusé un abîme. Dès le  chapitre suivant de la Genèse, dit la Bible, Caïn tue Abel. Et pour quel motif !
La loi de Dieu, pour combler cette béance, intervient  et la remplit. Au début ce sont des matériaux épais qu’il faut jeter dans cette fosse profonde. Pour cela  Dieu nous enseignera que l’on ne tue pas pour un regard, pour un geste de colère, pour une dent cassée. Et ce sera fameuse loi du talion, œil pour œil, dent pour dent, qui introduisit fort heureusement de la  modération dans les relations de justice entre les hommes jadis frères mais toujours plus féroces les uns envers les autres. N'était-il pas urgent de limiter  le terrain des vengeances possibles ? le Lévitique les modèrera et ce fut un grand progrès :  Vie pour vie dit le livre saint, le troisième de la Bible, assortissant l’adage de recommandations que l’humanité aurait gagné à appliquer toujours telles que :
"Les pères ne seront pas mis à mort pour les fils et les fils ne seront pas mis à mort pour les pères".
Mais il faut aller plus loin. Dans ce même Lévitique le dessein d’amour de Dieu est  précisé :  
"tu aimeras ton prochain comme toi-même. Je suis l’Éternel."  Lévitique 19:18  , qu’on pourrait, si on l’osait, gloser ainsi : Tu aimeras ton prochain comme toi-même parce que je suis Dieu, parce que tu me ressembles et que tu es mon enfant, et si tu n’as pas envie de le faire parce que fondamentalement tu es méchant, vindicatif et rancunier, fais-le parce que tu te souviens que, si  je suis ton Dieu, je suis aussi celui de ton prochain. Si tu ne le fais pas pour lui, fais le pour moi
 
Jésus précise et magnifie ce projet :
« Vous avez appris qu’il a été dit : ‘œil pour œil et dent pour dent’. Et moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Au contraire, si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre. À qui veut te mener devant le juge pour prendre ta tunique, laisse aussi ton manteau. Si quelqu’un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui. À qui te demande, donne ; à qui veut t’emprunter, ne tourne pas le dos. »  Matthieu 5: 38-42

Il y a plus.
On se souvient que dans le récit de la Résurrection selon St Jean  Marie Madeleine prend Jésus pour le jardinier.
Cette indication de St Jean n’est pas fortuite : Marie Madeleine voit en Jésus à juste titre, et par révélation  le Divin Jardinier de l’Eden, celui qui venait à la fraicheur du soir parler avec l’homme et le diviniser par sa Parole.
Or le message du Divin Jardinier n'a pas varié  : en pratiquant le pardon, vous devenez comme des dieux, vous êtes divinisés (vous êtes fils de votre Père qui est dans les Cieux) :

« Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Matthieu5 : 44-45


Ainsi la cinquième demande du Notre Père nous rétablit fermement dans la filiation, fait de nous  par Jésus des enfants du Père et nous aspire dans la divinité pour faire de nous… des dieux 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire